Accueil |

Actualités


L’Usine Nouvelle – N°3218 – décembre 2010


jeudi 9 décembre 2010 - Presse

Athéor, le tatoueur du verre                                                    logo l'usine nouvelle

Flacons, bouteilles, ampoules, seringues... La pharmacie, la cosmétique et l'industrie agroalimentaire font toujours un large usage du verre creux. Mais assurer la traçabilité individuelle de ces emballages (au contenu de grande valeur) n'est pas chose facile. Athéor, start-up montpelléraine créée en janvier 2012, propose une solution : un marquage indélébile du verre à froids, donc sans chauffage à haute température ni équipement coûteux  Il suffit d'une imprimante à jet d'encre, qui projette sur le verre une solution contenant des composés actifs, et d'une LED ultraviolette, qui fixe immédiatement l'encre ainsi greffée chimiquement sur le verre. Le marquage obtenu pourra ensuite être contrôler par un lecteur optique.

Cette solution est née dans le laboratoire AM2N de l'Ecole nationale supérieur de chimie de Montpellier. "Au départ, la technique était plutôt destinée à des applications dans la fabrication d'Oled ou de cellules solaires", raconte Jean-Denis Borras, le créateur et président d'Athéor, qui travaillait auparavant dans l'installation de système de traçabilité. pour industrialiser ce système de marquage, Jean-Denis Borras a embauché une chimiste, qui assure le lien avec le laboratoire. Il s'appuie également sur un business développeur, Cédric Sire, qui a pris une part du capital de l'entreprise et lui consacre un jour sur cinq. " Pour une jeune entreprise, c'est un bon compromis", assure le responsable d'Athéor. La PME dispose aujourd'hui d'un prototype qu'elle présente aux industriels. Si tout va bien l'année 2011 devrait voir la signature de contrats de codéveloppement et l'installation de deux sites pilotes.

par Thierry Lucas




La Tribune – N°67295 – octobre 2010


mercredi 20 octobre 2010 - Presse

logo la tribuneAthéor marque le verre avec une simple imprimante à jet d'encre

Ce marquage indélébile des bouteilles et flacons s'effectue à température ambiante. Le système intéresse LES ENTREPRISES DE L'AGROALIMENTAIRE, DU LUXE, DE LA PHARMACIE...

Comment persuader de grands groupes industriels d'adopter une nouvelle technologie? Les fondateurs d'Athéor pensent avoir la réponse : en alliant innovation et promesses d'économies. La jeune entreprise a développé un procédé de marquage sur verre indélébile et infalsifiable. L'une de ses originalités est qu'il utilise de simples imprimantes jet d'encre industrielles et que la réaction chimique se fait à température ambiante par rayonnement d'UV. L'encre va se greffer à la surface du verre. Un argument de poids face au technologies concurrentes du marquage par laser qui exige de gros équipements et un personnel très qualifié, ou aux procédés classiques qui nécessitent la cuisson dans un four à haute température. Les travaux conjoints de Jean- Denis Borras, un ingénieur spécialisé dans les techniques de marquage, et d'Olivier Dautel, un chercheur de l'École
nationale de chimie de Montpellier, ont permis le dépôt de plusieurs brevets et la création en janvier 2010 d'Athéor avec le soutien de l'incubateur de la région Languedoc-Roussillon et d'Oséo. « Le marquage peut, selon les attentes du client, être visible ou bien totalement invisible, ce qui nécessitera l'utilisation d'un lecteur optique pour révéler le code », souligne Jean-Denis Borras, président de l'entreprise. Les concepteurs du système assurent qu'il est possible d'imprimer des caractères alphanumériques, des logos et des codes Data-matrix (une version améliorée du code-barres). Les applications sont très diverses. Pour les entreprises de l'agroalimentaire, cette technologie permet d'affiner la gestion de leurs stocks et de contrôler la chaîne du froid. Pour les entreprises du luxe, c'est une aide dans la lutte contre la contrefaçon.

« Nous sommes en phase de tests auprès de grands groupes de cosmétique, de pharmacie et de spiritueux », note Jean-Denis Borras. Ses interlocuteurs semblent apprécier la souplesse de cette technologie. Athéor a été lauréat du Concours national d'aide aux entreprises innovantes
du ministère de la Recherche en 2009 et vient de remporter un prix de l'Innovation décerné par Siemens.

Par Laurent Pericone




Industrie Pharma – Hors série Traçabilité – juillet 2010


vendredi 2 juillet 2010 - Presse

Marquage du verre                        logo Industrie Pharma

Athéor propose un couple "écriture/lecture" avec le Glass'in pour le marquage et le Glass'reader, pour la lecture. Il est ainsi possible d'imprimer des alphanumériques, code datamatrix, logo... La dépose du Glass'in nécessite une imprimante industrielle jet d'encre, et une source d'onde optique pour déclencher le greffage sur le verre. La vérification de la bonne impression est obtenue par le lecteur Glass'reader. L'ensemble se positionne directement sur les chaînes de production et permet de travailler en dynamique à des cadences rapides atteignant 400 coups/min. Le principe breveté est basé sur les dernières recherches du laboratoire AM2N (CNRS). Il permet de greffer et d'encapsuler des composés optiquement actifs directement sur des supports verre. Le contrôle du greffage ou réticulation est déclenché par le rayonnement d'une source d'ondes optiques. une fois le greffage lancé, le Glass'in se transforme en verre en quelques secondes. Utilisable sur les quatre branches de la traçabilité (obligations légales, production, sécurisée, qualité), le Glass'in est une alternative à l'étiquette et au laser femtoseconde. Par ses caractéristiques intrinsèques, de même matière que son support verre, il est sans risque de contamination. Greffé en surface, sur une épaisseur nanométrique (>100nm), il n'altère pas le verre, ne provoque pas de microfissure et reste indélébile au solvant. Grâce à ses composés optiquement actifs, la lecture des marquages est opérationnelle quelle que soit la couleur du contenant ou du contenu. ce système s'adresse notamment au marché pharmaceutique.




ED Emballage Digest – N° 546 – mars 2010


lundi 1 mars 2010 - Presse



Midi Libre – Nov 2009


lundi 9 novembre 2009 - Presse

Une encre indélébile contre... la contrefaçon

De la bouteille à l'encre...                                                                 logo midi libre

Jean-Denis Borras, a créé avec Olivier Dautel, un chercheur de Montpellier (enscm), un système étonnant de traçabilité des produits et surtout, de lutte contre la contrefaçon. il se résume en un marquage indélébile, applicable sur tous types de supports verre: flacons, seringues, bouteilles.. Ce qui ouvre de vastes débouchés, le marché des spiritueux de luxe comme celui des produits hospitaliers sensibles, l'agroalimentaire....

Le procédé utilise une encre capable de se vitrifier à froid, faisant ainsi corps avec le verre. la technique avait été mise au point par l'enscm. Jean-Denis Borras y a ajouté son savoir-faire. "Nous pouvons mettre dans cette encre des composés actifs qui peuvent par exemple réagir avec la lumière, changer de couleur", explique-t-il. Premier avantage : le système serait moins couteux que la gravure au laser. Il serait donc susceptible d'intéresser de grandes firmes, dont les produits sont contrefaits qu'il s'agisse de cognac ou de médicaments. Jean-Denis Borras, qui prépare la création de sa société Athéor, est déjà allé voir Sanofi, L'Oréal, etc. Car, autre avantage, un lecteur qui permet de décoder chaque marquage a été mis au point, ce qui permet de valider aisément l'authenticité d'un produit.




contrefaçon riposte – N°46 – juillet août 2009


mercredi 1 juillet 2009 - Presse




|